anipassion.com

different entre deux régiments

Aller en bas

different entre deux régiments Empty different entre deux régiments

Message par Invité le Lun 20 Déc 2010 - 17:11


Bonjour à tous,

Je vais vous conter l'histoire d'un different entre le 14e et le 44e d'infanterie de ligne au sujet de la perte d'un aigle lors de la fameuse bataille d'Eylau le 8 février 1807.
Ce récit se ferat en plusieurs épisodes car il y a divers documents, conservés aux archives militaires qui ont été publié en 1894 dans la sabretache, repris par le général
Endolenko dans son livre "les aigles de Napoléon contre les drapeaux du Star", (et puis je fatigue des doigts au bout de dix minutes).
Je vais commencer par un résumé de la bataille du point vue 14e de ligne (qui recruté surtout dans le département de la Haute Marne) pour comprendre la suite, le tout
prit dans l'historique du régiment.
Si vous le voulez bien, suivont mon aïeul, Thieblemont Pierre °20/07/1785 à Louze (52). Il entre au régiment le 13/12/1805 comme fusilier.le pauvre, il a louper une des plus
grandes batailles de l'empire AUSTERLITZ. Il terminera sergent de voltigeurs dans le même régiment en juillet 1815. Maintenant, allons y.......

Le 8 février, à cinq heures du matin, il y a un vent glacial et le ciel est couvert. Le 7e corps composé de la division Desjardin (14e, 44e, 105e de ligne et 16e léger) et de
la divison Heudelet (24e, 63e de ligne et 7e léger) se rendit au poste que l'Empereur lui avait assigné. Dés que l'aube pointe, l'action s'engage de part et d'autre par une vive
cannonade. Le 14e formé en colonne serrée et placé en soutien de l'artillerie de la garde postée prés de l'église. A sa droite, dans la même formation, se trouve le 16e léger.
quelques temps aprés, notre régiment vient se placer à droite du 16e léger pour soutenir de nouvelles batteries.
Vers 10 heures, Napoléon ordonne que le corps d'Augereau se porte en avant, il faut empêcher l'ennemi d'attaquer le corps de Davout. Le 14e toujours à droite? le 16e léger
à cent pas sur sa gauche, le 44e et le 105e à cent pas de la gauche du 16e et placés l'un derrière l'autre, débouchent en colonnes serrées. A cet instant, les bourrasques de
neige que chassaient dans le visage de nos troupes un vent violent, deviennent si épaisses qu'on ne distingue pas à deux pas pendant la marche. A la moitié du parcours les
français perdent leurs direction. Au lieu de marcher droit devant, ils obliquent sur la gauche et commencent à défiler parallèlement à la ligne russes. Pendant cette marche,
les nombreuses pièces de gros calibres lancent une grêle de boulet et de mitrailles, vomissant l'enfer sur nos soldats.
Quand la neige s'éclaicit un peu, la tête de colonne de la division Desjardins se retrouve à moins de trois cent mêtres des canons russes. Les artilleurs qui ont la tempête dans
le dos, ne sont nullement gênés pour tirer presqu'a bout portant sur nos hommes, toujours aveuglés par la neige. En l'espace de quelques minutes, le 7e corps pert 5200 tués et
blessés, la moitié de son effectif. Le 14e accélère sa marche, passe et laisse derrière lui et sur son flanc gauche, les batteries ennemies qui sont momentanement abandonnées,
il rompte leur première ligne de fantassins et se porte sur la seconde en poursuivant les fuyards.
A ce moment, la cavalerie ennemie composée par une nuée de cosaques et de dragons et qui était masquée dans une cuvette, apparaît toutà coup sur le front du 16e léger et
du 14e de ligne. Ce dernier se forme en carré immédiatement. Les soldats arrêtent la première charge, mais le 16e est débordé et vient chercher refuge derrière la quatrième
face et le flanc du 14e. la cavalerie ennemie, voyant la manoeuvre, charge aussitôt ces deux faces paralysées par les réfugiés et pénètre dans le carré. En quelques secondes,
la mêlèe devient alors générale. Un combat acharné à l'arme blanche s'engage à l'intérieur et en dehors de la formation.
Pendant une demi heure, ont n'entendit plus ni coup de canons ni coup de fusil, on n'entendaient que le bruit immense, difficile à traduire, de milliers de braves, qui s'entre
égorgeaient sans pitié.
Au milieu du combat, les hommes du 16e léger qui étaient venus chercher un abri dans le carré du 14e, l'abandonnent pour se porter vers la seconde brigade. Ce mouvement
dégarnit les rangs déjà confondus et détermine la retraite du régiment. Ce qui peuvent se pelotonnent par petits groupes de quinze ou vingt hommes, et se dirigent devant
la ville d'Eylau. Dans ces circonstances critiques, les aigles sont sauvés, tous se précipitent pour les conserver dés que les portes drapeaux sont tués ou blessés, la hampe de
l'aigle du premier bataillon est brisée et l'aigle est percée par un biscaïn.
( là, je vous site le cas du sergent Bertholet Jean Paul, né dans les Ardennes, qui reçut vingt coups de bayonette dont deux à la tête, trois au bras gauche, deux à la main droite,
sept à la hanche gauche, trois en haut de la cuisse gauche et trois à la cuisse droite. Laissé pour mort, il fut prisonnier,soigné et rendu au corps le 27/08/1807).
Ce fut alors que l'Empereur, voulant porter le grand coup, fit passer entre Eylau et Rothenen, vingt escadrons commandés par Murat.



Ouvrons maintenant le chapitre de la perte de quelques aigles, qui dans de pareille condition ne saurait surprendre. Les russes affirment que six aigles ont été prisent au corps
d'Augereau et à la cavalerie qui chargea pour le dégager. Du côté du 7e corps, certitude de la perte de l'aigle du 44e de ligne et graves présomptions en ce qui concerne les
drapeaux ou aigles des 14e et 24e de ligne, et nous laisserons le cas trés douteux du 105e de ligne.
Celà fait exactement deux régiments à la division Desjardins et un à la division Heudelot. Et s'il a été possible d'identifier l'aigle du 44e de ligne, c'est qu'un grave different à
surgit entre ce corps et le 14e de ligne.
Je site le rapport de la journée du colonel Henriod, commendant le 14e;
"Les pertes du 14e de ligne sont considérables, mais son moral n'est point altéré, il compte encore aujourd'hui 920 combattants, dont 200 blessés, rentrés sans armes. Dans
cette mémorable journée, le régiment a fait les plus grands efforts de courages et à conservé sa réputation. Les officiers, sous officiers et soldats se sont tous distingués
et tous auraient préféré la mort au malheur de perdre les aigles que leur avait confié sa majesté et qui ont été sauvés dans cette circonstance sévère.



A suivre................







Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par le sergent le Lun 20 Déc 2010 - 21:06

Ce qui voudrait dire que Marbot ayant eu l'aigle entre les mains , confier par son officier commandant qui voulait soustraire l'aigle aux colonnes Russe qui allaient submergé le carré du 14eme , je disais donc que Marbot sa jument bléssé lorsque sa bete s'ecroule et les deux restant inanimé sur le champ de bataille aurait perdu l'aigle .....

_________________
"Il n'y a rien de fait, s'il reste encore a faire."
le sergent
le sergent
Sergent des grenadiers

Masculin
Nombre de messages : 1962
Age : 63
Date d'inscription : 15/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Lun 20 Déc 2010 - 22:19


mon bon sergent, tu n'attends pas la fin de mon réçit, patience.
on en reparle aprés.
http://img139.images
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Mar 21 Déc 2010 - 15:02

suite......................

Mais le 23 février 1807, le major Mailly, commandant le 44e régiment de ligne adressait une longue requête à l'Empereur;

Sire, Votre Majesté n'ignore point qu'à la bataille du 8 de ce mois, en avant d'Eylau, le 44e régiment avait laissé sur le champ de bataille un des aigles du régiment
qui fut séparé de la perche par un coup de canon. Le régiment, toujours conduit par les sentiments d'honneur est jaloux de prouver à Votre Majesté que l'aigle
que nous réclamons n'est point au pouvoir de l'ennemi. D'après tous les renseignements que nous avons à ce sujet, nous sommes dans l'intime conviction que notre
aigle est dans le 14e régiment d'infanterie de ligne.
Dans le moment que le régiment se battait avec opiniâtreté contre un ennemi bien supérieur en nombre, l'aigle du 1er bataillon fut enlevé par un boulet de canon et
jeté hors de la colonne. Le porte drapeau l'ayant vu tomber, sortit aussitôt des rangs pour le ramasser, mais un grenadierdu 105e de ligne étant plus prés le ramassa
et ne voulut point le rendre au sergent major dans la crainte d'être aperçu par la cavalerie ennemie. Un instant après, le sergent major, porte drapeau fut atteint par
un biscaïn à la cuisse et d'un coup de sabre sur la tête qui, lui ayant fait perdre connaissance et l'ayant précipité à terre ne pu faire indiquer au régiment le grenadier
qui s'était emparé de son aigle. Le grenadier, ayant pu se transporter à sa compagnie, malgré quelques coups de sabre qu'il reçut aussi, remit à son colonel l'aigle qu'il
avait, sans pouvoir lui indiqué à quel régiment il appartenait, le numéro ayant été brisé. Un capitaine du 14e régiment de ligne qui se trouvait présent quand l'aigle fut
donné au colonel Habert le réclama au colonel qui le rendit d'après l'assurance que le capitaine lui donna que l'aigle appartenait a son régiment.
Notre porte drapeau, guéri de ses blessures et rentré deuis quelques jours au régiment, s'est empressé d'aller chercher le grenadier auquel il avait demandé son aigle
sur le champ de bataille, il le conduisit devant le colonel de notre régiment et en présence de plusieurs officiers, le grenadier avait avoué qu'il avait ramassé l'aigle dans
cette direction et prés du 44e et qu'il n'avait point voulu le rendre au sergent major à cause de la proximité des dragons russes, qu'il l'avait donné au colonel de son
régiment et qu'il en avait disposé comme il avait jugé à propos. Nous avons l'honneur d'observer à Votre Majesté que lorsque le 44e de ligne se présenta à l'ennemi et
dans la retraite,le 14e de ligne était en colonne sur notre gauche et éloigné de nous à plus de 150 toises et que s'étant nullement approché de notre corps, il était de
toute impossibilité qu'il ait laissé dans nos rangs l'aigle qu'il a réclamé au colonel du 105e. Ce régiment peut aussi attester que l'aigle que nous réclamons et qui se trouve
maintenant dans le 14e est reconnaissable par un trou qu'il a à l'oeil provenant d'un défaut du moule ou de manque de matière. Nous osons espérer que ces
renseignements suffiront pour que Votre Majesté veuille ordonner que l'aigle soit rendu au régiment et nous croyons aussi à sa Majesté que si le 14e de ligne veut
observer que l'aigle lui appartient, le régiment peut avoir d'autres preuves qui convaincront Votre Majesté que ce nous avons l'honneur de lui soumettre est la pur vérité.

Sire, nous avons l'honneur d'être de Votre Majesté, les très fidèles serviteurs et sujets. Au nom de tout les officiers et soldats du régiment.
Le major, commandant alors le régiment.





Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Mer 22 Déc 2010 - 17:24

suite.......................

Cette longue réclamation à été transmise par Berthier au 14e de ligne "pour enquête et compte rendu" et voici la réponse du colonel du 14e,

Mon prince,
Je m'empresse de satisfaire à l'ordre dont m'a chargé Votre Altesse Sérénissime, par sa lettre du 25 avril dernier, de lui rendre compte si la réclamation
d'un aigle faite au 14e régiment de ligne par Mr le colonel du 44e régiment est fondée.
Quelques détails, Mon Prince, et les faits les plus évidents détruirons cette asertion imprévue que n'aurait point hasardée Mr le colonel du 44e, si depuis
prés de trois mois il m'eût écrit. Des témoins oculaires l'auraient convaincu que l'aigle qu'il réclame est entre les mains des russes et il n'aurait point mis
le 14e dans le cas d'une justification pénible.
A la bataille du 8 février, le 14e marcha à l'ennemi en colonne serré, ayant à 200 pas sur sa gauche les 44e et 105e régiments, le 44e en tête. Le 14e
plus avancé, fixa aussi plus particulièrement l'attention de l'artillerie, et à moitié chemin des batteries ennemies, le bâton du drapeau fut frappé de
plusieurs mitrailles.
Le régiment venait de renverser la première ligne russe lorsqu'un biscaïn fractura la partie inférieur de l'aigle du 1er bataillon, le jeta sur la 5e compagnie.
L'officier qui la commandait le fit prendre par un brave reconnu, parce qu'au même instant le porte drapeau venait d'être blessé et de tomber sur le champ
de bataille, laissant échapper de ses mains le bâton mutilé. Le carré du 14e, immédiatement entouré à une petite distance et sur trois côtés par la cavalerie
et l'infanterie russes, n'aurait point été entamé, si des fuyards d'un autre corps n'étaient venus se réfugier dans son flanc gauche, ainsi devenu accessible à
l'ennemi. La mêlée devint général, et les 16e et 44e déjà en retraite en ce moment, ne laissant point d'appui, les officiers du 14e rallièrent les deux drapeaux
sur les dernières compagnies du 2e bataillon, les couvrirent avec le reste de combattants du 1er et leut crièrent de se porter rapidement en arrière sur le
105e de ligne. Ce dernier mouvement effectué, tout ce qui n'était pas blessé le suivit.
Les drapeaux arrivaient diagonalement sur le flanc droit du 105e, lorsqu'un coup de mitraille tua le soldat porteur de l'aigle du 1er bataillon, un grenadier du
105e, en arrière de son corps et qui suivait le groupe du 14e, le ramassa et courant à son colonel le lui remit.
Mr le capitaine Grémillon, témoin de ce nouvel accident, suivit ce grenadier, demanda l'aigle à Mr le colonel Habert, qui le lui remit sans restriction et non sauf
réclamation ainsi que l'indique le rapport de Mr le colonel du 44e de ligne.
Le 44e avait fait la retraite par la gauche du 105e et le 14e par la droite de ce corps, et c'est à droite que fut tué le soldat porte drapeau et l'aigle enlevé
immédiatement par le grenadier toujours en vue de plusieurs officiers qui attestent et qui reconnaissent parfaitement l'aigle. J'ai dit, Mon Prince, que le
drapeau du 44e était entre les mains des russes. Le nommé Lesterlin, sergent de la 3e compagnie du 2e bataillon du 14e de ligne, blessé sur le champ de bataille
receuilli par les russes, passa la partie de la nuit du 8 au 9, qui précéda la retraite de l'ennemi, dans un village à 2 lieues du champ de bataille et dans une chambre
servant de corps de garde où étaient déposés quatre drapeaux français, entre lesquels celui du 44e, qu'il eut sous les yeux pendant tout ce temps. Abandonné
par l'ennemi qu'il ne pouvait suivre, il rapporta cette particuliarité à des militaires qui le visitèrent le 18 février à l'ambulance de Guttsadt, au passage du régiment
dans cette ville. Aujourd'hui, au petit dépôt de Bromberg. Il y a raconté la même circonstance. Je viens de demander sa déclaration en présence d'officiers.
Des officiers, entre autres Mr Chavance, lieutenant, étaient il y a prés de deux mois, dans une réunion à Liebstadt. Un capitaine de carabinier du 26e d'infanterie
légère, arrivant des prisons de l'ennemi, raconta avoir vu à Koenigsberg un drapeau du 44e de ligne. Plusieurs prisonniers évadés de cette ville ont redit, comme
circonstance de captivité le même fait à des militaires du régiment. Mais tous ces rapports ne furent point constatés à ces differentes époques, parce que les
auditeurs du 14e ne pouvant prévoir ni supposer la réclamation étrange et tardive qui a été présenté a votre Altesse Sérénissime, n'y donnèrent qu'une attention
secondaire.
Jusqu'à la dislocution du 7e corps d'armée, les 14e et 44e ont voyagé, communiqué ensemble, nombre de militaires de tous grades de ce dernier corps avouaient
la chute de leur drapeau laissé sur le terrain même où ils furent assaillis. Tous félicitèrent le 14e, lancé au centre de l'ennemi, d'avoir conservé ses aigles. Mr Massy
major qui commandait le 44e à Eylau, vint me trouver le 16 février à la halte de Bartenstein, s'approcha des aigles appuyés sur un faisceau, examina celui qui
avait été brisé dans sa partie inférieure, félicitale régiment de leur conservation et avoua la perte d'un drapeau. Il est cependant à présumer que cet officier
supérieur à contribué à l'erreur flatteuse qui a dicté la réclamation de son colonel, arrivé du 17 au 18 février, pour prendre le commandement et qui n'a pu être
que l'écho d'une version illusoire.
Les circonstances que je viens d'avoir l'honneur de soumettre à Votre Altesse Sérénissime existent dans le témoignage unanime du 14e régiment. Des accidents
dans le métal de l'aigle, et reconnus par plusieurs militaires avant la journée du 8, en consacrent surabondemment la propriété. J'ose, Mon Prince, prier Votre
Altesse Sérénissime, d'avoir la bonté de croire que l'honneur est le seul mobile du régiment, que s'il avait eu des doutes sur la propriété du dépôt précieux que lui
a confié Sa Majesté, il en aurait fait l'aveu immédiat. Il est le seul régiment d'infanterie qui ait culbuté la première ligne de l'ennemi, il n'est presque pas un seul
homme qui n'ait été blessé ou atteint dans ses armes ou habillements, il eût pu perdre sans honte son drapeau dans cette circonstance extraordinaire et le
sentiment des efforts qu'il avait fait lui eût laissé l'espoir d'en obtenir un autre de Sa Majesté l'Empereur er Roi.
J'ai l'honneur d'être, avec un profond respect, Mon Prince, de Votre Altesse Sérénissime, le trés humble et trés obéissant serviteur.



A suivre............




Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Mer 22 Déc 2010 - 20:50

thumright
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par La Poudre le Mer 22 Déc 2010 - 20:52

Je suis curieux de lire la suite !

Sujet extrêmement intéressant ...

_________________
"...Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur, souriant à la mitraille anglaise, la Garde Impériale entra dans la fournaise ..."  ( V. HUGO)

"... Un homme n'est jamais aussi grand, que lorsqu'il s'agenouille, pour aider un enfant ..."

"... Il dort, quoique la vie, pour lui, fut bien étrange, il vivait. Il mourut lorsqu'il n'eut plus son ange. La chose se fit doucement, pas à pas, comme vient la nuit lorsque le jour s'en va ..." (V.HUGO. Les Misérables)
La Poudre
La Poudre
Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 3336
Age : 64
Date d'inscription : 23/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Ven 24 Déc 2010 - 15:01

suite.............

pour compléter ce dossier, d'un intérêt considérable, car l'honneur à cette époque n'est pas un vain mot, reproduisons encore deux documents; la déposition
du porte drapeau du 14e de ligne et le rapport du colonel commandant le 105e de ligne.
voici le premier document;

Le soussigné Jacques Martin Lecomte, sergent major de la 1er compagnie de fusiliers et porte drapeau du 1er bataillon, dans la journée du 8 février 1807,
à Eylau, dépose par serment les faits suivants, connus d'ailleurs des militaires du 14e régiment qui étaient à cette bataille. La colonne de ce corps était à
moitié chemin de sa charge lorsque plusieurs coups de mitraille atteignirent successivement le bâton du drapeau, l'entamèrent et le rejetèrent plusieurs fois
violemment sur son épaule. Au moment où le régiment renversait la colonne ennemie, un biscaïn brisa la partie inférieure de l'aigle, le sépara du piédestal et
le jeta à quelques pas. Ce fut alors que Mr Guerrin le fit ramasser par un soldat de la 5e compagnie, parce qu'au même instant le soussigné fut blessé grièvement
et renversé sur le champ de bataille, le bâton mutilé lui échappa des mains.
Le déclarant, affaibli par d'autres blessures qu'il reçut dans la mêlée qui succéda aussitôt, et foulé par les combatants, n'eut plus la connaissance nécessaire pour
remarquer ce qui se passait autour de lui, (il reçut trois coups de bayonnette dans les reins) Imais le rapport constant que lui ont fait ses camarades est que le
soldat porteur de l'aigle se rallia dans la mêlée et àvoix des officiers, au drapeau du 2e bataillon, que les officiers se réunirent pour couvrir les aigle, criant aux
dernières compagnies du 2e bataillon qui n'étaient pas encore rompues de faire une prompte retraite avec les drapeaux vers le 105e régiment, que le soldat porteur
de l'aigle du 1er bataillon arrivant à la hauteur du 105e, fut atteint dans le dos et tué d'un coup de mitraille; que l'aigle, échappé de ses mains fut ramassée par un
grenadier du 105e qui se trouvait en arrière de son corps déjà en retraite, que le grenadier se retira en courant et le remis à son colonel, monsieur Habert, qui le
rendit aussitôt à monsieur Grémillon, capitaine, marchant à quelques pas du grenadier et qui le réclama.
Le soussigné dépose en outre, qu'ayant été porteur du drapeau du 1er bataillon depuis Berlin, il reconnaît parfaitement à différentes marques, l'aigle remis par Mr le
colonel Habert pour être celui du 1er bataillon du 14e régiment de ligne.


Et voilà le rapport du colonel Habert commandant le 105e de ligne;

La 1er division du 7e corps avait fait sa retraite et ses débris, qui s'étaient ralliés au 105e, aprés la brillante charge de la brigade Bruguière, était en carré sur un petit
mamelon, quand un grenadier du régiment m'apporta une aigle sans bâton ni numéro, il l'avait trouvée sur le champ de bataille lorsque la tête de la colonne, mitraillée
et chargée par la cavalerie russe se fut repliée sans ordre. Je fis plusieurs questions à ce grenadier, je voulais savoir à qui cette aigle pouvait appartenir; il ne m'apprit
rien de positif.
Un officier du 14e de ligne qui est venu avec les restes de ce régiment se réunir au 105e, me demanda cette aigle qu'il reconnaissait pour celle de son bataillon (parce
qu'elle avait été précédemment touchée d'un biscaïn).
Je la donnai avec condition cependant que l'affaire s'éclairait par les soins du général qui prendrait le commandement de la division. J'observe que le 44e n'était point
alors dans notre carré mais qu'il était allé se rallier prés de la ville. Par conséquent, je ne pouvais juger de suite à qui appartenait réellement cette aigle qui fait le sujet
de la contestation.
Le général Lecomus, aide major de Son Altesse, vint prendre le commandement de la division. Je ne sais pas s'il lui a été fait une réclamation à ce sujet, quand à moi,
qui lui ai succédé pendant six jours, il ne m'a rien été écrit qui y eut rapport. J'ai seulement entendu dire que le 44e disputait cette aigle au 14e. Le colonel Lafosse m'en
parla depuis en camarade, je lui envoya même, un jour, sur sa demande, le grenadier Bourdin qu'il interrogea.
Le lendemain de la bataille, Sa Majesté passa en revue la division, elle demanda au major Massy, commandant le 44e ce qu'était devenu l'aigle qui lui manquait, celui ci
répondit qu'un coup de canon l'avait emportée et mise en pièces.
J'ai fait venir aujourd'hui de nouveau, le grenadier Bourdin, il a seulement ajouté qu'il avait trouvé l'aigle au moment où il jeta son fusil qui ne voulait plus faire feu, pour
ramasser un autre. J'ajouterai, qu'il y a environ un mois, dînant chez le général de brigade Ledru, un capitaine du 26e régiment d'infanterie légère, nommé Roussel, qui
était le 8 février à Koenigsberg, prisonnier de guerre, me dit avoir vu l'aigle du 44e régiment dans cette ville.



A suivre.............







































Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Sam 25 Déc 2010 - 19:09

suite...........

avec ses derniers témoignages, l'affaire à dut être classé en ce qui concerne le différent entre le 14e et le 44e de ligne, aucune suite n'a été donnée.

MAIS...........en continuant notre enquête, en farfouillant dans les rapports russes, on trouve que c'est la brigade Zapolski (régiments Moscou, Wladimir et
Voronège) et le régiment de dragons de Saint Pétersbourg qui ont participés à la contre attaque et pris deux aigles et vingts pièces de canons que les
français abandonnèrent dans leur fuite;
S'étant séparé du détachement Baron Korff, le régiment de dragons Saint Pétersbourg appuya à droite, chargea le flanc droit de la division Desjardins,
pénétra profondément dans les masses de l'infanterie française et, après une lutte sévère, s'empara d'une aigle, le deuxième trophée de la journée et la
deuxième aigle prise à Eylau par ce régiment.

C'est le régiment Wladimir qui chargeant notre division, s'empara du premier trophée de la journée. Or, le régiment qui marchait en tête de la division
Desjardins, était le 14e de ligne et il se peut que le 1er bataillon de notre régiment tout en sauvant son aigle, ait laissé entre les mains des russes son drapeau.
L'historique du 61e RI Wladimir n'est pas loquace. Tout au plus consigne t-il la prise d'un drapeau par le sous officier Outechine.
Il y a un autre régiment de la division Desjardins qui aurait pu, peut être, perdre une aigle, le 105e de ligne. Au recensement de 1811, le 105e ne présente
que deux aigles, ce qui le rends à priori suspect. On sait que se régiment a beaucoup souffert. L'adjudant Habert a été cité pour avoir relevé des mains
du porte aigle tué, l'aigle de son bataillon. Enfin, une aigle présumée du 105e a échoué à Potsdam dans des circonstances non précises. Toutefois la déposition
du colonel Habert, relative à l'aigle du 14e, doit retenir l'attention. Si le 105e avait perdu une aigle, il semblerait logique que le colonel conserve celle qui se
trouvait entre les mains d'un de ses soldtas, or il n'hésite pas à la rendre au 14e.

L'étude attentive des pièces relatives aux aigles des 14e et 44e de ligne nous amène à poser une question; que sont devenus dans tout cela, les drapeaux de
ces régiments???

A suivre.......pour le dernier épisode.





Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par La Poudre le Sam 25 Déc 2010 - 22:05

Chouette récit ... intéressante enquête ...

_________________
"...Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur, souriant à la mitraille anglaise, la Garde Impériale entra dans la fournaise ..."  ( V. HUGO)

"... Un homme n'est jamais aussi grand, que lorsqu'il s'agenouille, pour aider un enfant ..."

"... Il dort, quoique la vie, pour lui, fut bien étrange, il vivait. Il mourut lorsqu'il n'eut plus son ange. La chose se fit doucement, pas à pas, comme vient la nuit lorsque le jour s'en va ..." (V.HUGO. Les Misérables)
La Poudre
La Poudre
Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 3336
Age : 64
Date d'inscription : 23/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Dim 26 Déc 2010 - 16:27

..............

On a souvent prétendu que fréquement les drapeaux n'accompagnaient pas les aigles. Or, à cette période, les drapeaux étaient cloués sur les hampes
et on ne pouvait pas les enlever et les fixer au gré des circonstances. Certes, quelques étamines étaient réduites en lambeaux par l'usure, les intempéries
et parfois, les combats, mais ces cas devaient être exceptionnels, surtout en 1807, trois ans après leur mise en service.
Dans le rapport du colonel Henriod, il n'est question du drapeau qu'au début de l'action "le bâton du drapeau fut frappé de plusieurs mitrailles" nous
écrit il. A ce qu'il paraît, à ce momentle drapeau est encore complet, puisqu'il est question à la fois du drapeau et de la hampe. Quelque temps aprés,
"un biscaïn fracturant la partie inférieure de l'aigle, le jeta sur la 5e compagnie".
Ainsi l'aigle a été frappé dans sa partie inférieure et a été séparée du drapeau avec le caisson ou sans caisson ? Cette question est importante. Les drapeaux
conquis par les russes sans aigles, aitaient munis de leur caissons. A cette question répond avec précision le sergent major Lecointe "un biscaïn brisa la partie
inférieure de l'aigle, le sépara du piédestal, et le jeta à quelques pas. Ainsi l'aigle seule a été séparée du drapeau qui garda son socle.
Dés lors, l'aigle et le drapeau suivent un sort distinct. L'aigle est ramassée, passe de mains en mains et finalement rejoint son bataillon. Quand au drapeau,
on n'en parle presque plus. Voici ce qu'en qui Henriod "le porte drapeau....laissant échapper de ses mains le bâton mutilé. Puis, plus un mot de ce
bâton mutilé qui avait probablement l'étamine du drapeau et sûrement le socle de l'aigle.Et une fois le drapeau par terre, c'est le désastre, le carré du 14e
et rompu, sabré et écrasé. Les survivants battent précipitament en retraite. C'est dans ces circonstances que le drapeau du 14e, privé de son aigle, a pu
tomber entre les mains des russes.
Ainsi, tous ces rapports concernant les aigles "emportées par un boulet de canon" n'étaient pas toujours de "pieux monsonges" le 14e en est la preuve.
Il est fort possible donc, que le drapeau du 1er bataillon, se trouvait parmi les drapeaux sans aigles, mais avec socles, qui on été déposé à Saint Pierre et Paul
le 15 février 1807. Et pour conclure, disons que l'honneur du régiment était sauf, puisque l'aigle était la partie essentielle du drapeau.


voilà, notre enquête se termine.
Il serait interressant toutefois, d'ouvrir un débat concernant la véracité de certains 'témoinages' ou 'mémoires' de nos illustres combattants, souvant écrits
moulte années aprés les faits. Je citerais en ce qui nous concerne (comme l'avait noté le sergent au début du récit) le fabuleux Marcelin Marbot. Souvenez vous,
chevauchant sa 'fameuse' Lisette, plus légère qu'une hirondelle, franchissant les monceaux de cadavres au secour du 14e.
beaucoup d'historiens ont critiqués ses écrits, les décriants comme fantaisistes. Sur les faits cités, je pense que sa présence aurait été remarquée par les officiers
des divers régiments, alors qu'il n'est pas cité par eux.

Alors? vérité ? fiction ? les deux ? en tous cas, je recommande de lire ses mémoires si vous ne l'avez pas encore fait.

Au plaisir,






Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par La Poudre le Mar 28 Déc 2010 - 21:48

Je n'ai pas encore le plaisir de connaître Saint Michel, mais je me fais une joie , d'avance , de le rencontrer.

Le sujet qu'il a évoqué ici m'a interessé au plus haut point !

Alors à bientôt, Saint Michel ! ! !


different entre deux régiments 20458_10

_________________
"...Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur, souriant à la mitraille anglaise, la Garde Impériale entra dans la fournaise ..."  ( V. HUGO)

"... Un homme n'est jamais aussi grand, que lorsqu'il s'agenouille, pour aider un enfant ..."

"... Il dort, quoique la vie, pour lui, fut bien étrange, il vivait. Il mourut lorsqu'il n'eut plus son ange. La chose se fit doucement, pas à pas, comme vient la nuit lorsque le jour s'en va ..." (V.HUGO. Les Misérables)
La Poudre
La Poudre
Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 3336
Age : 64
Date d'inscription : 23/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Mer 29 Déc 2010 - 15:13


Merci la poudre, ma giberne est pleine pour cet hivers avec tes compliments....
Le plaisir sera pour moi, de te rencontrer, et de rencontrer tous nos compagnons.

Puisque tu insiste avec l'insertion de ce beau tableau (dont je ne trouve pas l'auteur) trés inspiré par les dires de notre narateur Marcelin Marbot dont je cite
quelques phrases " depuis la mort du colonel Savary, tué au passage de l'Ukra, le 14e était commandé par un chef de bataillon", au moment ou le dit chef
de bataillon lui remet le drapeau du 14e, Je dit, pas tout à fait.
si le colonel Savary est bien décédé à l'ambulance de Plonsk (Pologne) le 24 décembre 1806 des suites de ses blessures reçues au passage du pont de Kolomzombia
atteint de deux coups de lance dont une au coeur, il fut remplacé par le colonel Henriod, venant du 100e de ligne, le 30 décembre 1806.
Mais.....(il y atoujours un mais), au début du combat, le général Binot, commandant la brigade, fut tué par un boulet. Notre colonel Henriod prends alors le
commandement de la brigade, et chef de bataillon Daussy celui du 14e de ligne. C'est donc ce dernier qui est représenté sur notre tableau.
On retrouvera le corps de Daussy couvert d'une quarantaine de blessures.

Je te fait remarquer que si tu agrandit bien ce tableau, tu remarquera que le beau grenadier à sa droite, a une paire de pistolets (on voit bien ses étuis à sa
ceinture) dont un dans la main droite. Tu ne trouve pas ca étrange, au début de l'année 1807 ?

cordialement,


Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par La Poudre le Jeu 30 Déc 2010 - 11:35

Je sais que les deux Gardes au drapeau étaient chargés de la défense de l'Emblème et il me semble qu'ils étaient armés de deux pistolets, logés dans un étui à l'orientale.
Ce ne doit pas être un Grenadier de la Garde à proprement parler mais un de ces deux hommes chargés de la protection du Drapeau.

Ce qui leur conférait une place à part dans l'unité donc une tenue autre.
De là le ceinturon et les pistolets.

Enfin c'est mon avis ...

D'autres érudits vont plancher sur ces pistolets !

Attendons.

_________________
"...Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur, souriant à la mitraille anglaise, la Garde Impériale entra dans la fournaise ..."  ( V. HUGO)

"... Un homme n'est jamais aussi grand, que lorsqu'il s'agenouille, pour aider un enfant ..."

"... Il dort, quoique la vie, pour lui, fut bien étrange, il vivait. Il mourut lorsqu'il n'eut plus son ange. La chose se fit doucement, pas à pas, comme vient la nuit lorsque le jour s'en va ..." (V.HUGO. Les Misérables)
La Poudre
La Poudre
Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 3336
Age : 64
Date d'inscription : 23/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Sam 8 Jan 2011 - 12:06


Je réponds à mes questions après des recherches assidues dans mes docs ....... (normal, rien n'est rengé) Embarassed

Le tableau fut peind par Mr Lionel Royer (1852-1926), peintre d'histoire. Une de ses oeuvres les plus connues et Vercingétorix jettant ses armes
aux pieds de César
(1899).

La garde du drapeau ne changera pas du réglement de 1791 jusqu'au 12 février 1808. Ce réglement attribue la garde du drapeau aux fusiliers d'infanterie.
C'est un sergent major, choisi par le colonel, qui porte réglementairement le drapeau (notre sergent major Lecointe). Le même réglement stipule d'autre
part que " les fourriers de grenadiers et de voltigeurs n'en feront point partie. Le fourrier des grenadiers n'en a jamais fait partie, parce que sa compagnie
est regardée comme susceptible d'être à tout instant détachée à volonté".
Il est donc clair que, dans l'infanterie de ligne, la garde du drapeau de chaque
bataillon est assurée par les fusiliers.

Décret du 18 février 1808, article 17; chaque régiment aura une aigle, qui sera portée par un porte-aigle ayant le grade de lieutenant ou de sous-lieutenant....
......Deux braves, parmi les soldats non lettrés, avec titre, l'un de second porte-aigle,l'autre de troisième porte-aigle...............

Par décret du 28 juin 1809, article 3; les deuxième et troisième porte-aigles porteront également une paire de pistolet qui seront dans un étui sur la poitrine
à gauche à la manière orientale.
Une circulaire du 31 octobre 1809 stipule; ......vous en a mandé que les pistolets seraient fournis des magasins de l'état....Quand aux banderolles d'esponton,
fontes de pistolets, ceinturons et bonnet d'oursin, j'ai pensé qu'en raison de l'uniformité qui doit régner dans les dimensions de ces effets. Il convenait de
les faire à Paris. Déjà l'on travaille à la confection des modèles, aussitôt qu'ils auront été adoptés.....


Alain Pigeard, tradition magazine n°59

Pour conclure, je dirais que notre ami peintre a fait une petite erreure d'uniformologie (il n'est pas le seul d'ailleur), puisque son tableau est sensé représenter
un épisode de la bataille d'Eylau, le 8 février 1807.

Cordialement, salut

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par La Poudre le Sam 8 Jan 2011 - 20:11

Un peu en avance l'artiste !

J'avais donc un petit peu juste sur le Porte-Aigle et ses Adjoints du moins sur leur tenue. [img]http://yelims.f

_________________
"...Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur, souriant à la mitraille anglaise, la Garde Impériale entra dans la fournaise ..."  ( V. HUGO)

"... Un homme n'est jamais aussi grand, que lorsqu'il s'agenouille, pour aider un enfant ..."

"... Il dort, quoique la vie, pour lui, fut bien étrange, il vivait. Il mourut lorsqu'il n'eut plus son ange. La chose se fit doucement, pas à pas, comme vient la nuit lorsque le jour s'en va ..." (V.HUGO. Les Misérables)
La Poudre
La Poudre
Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 3336
Age : 64
Date d'inscription : 23/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Grenadier SCHNAPS le Lun 10 Jan 2011 - 11:21

Beau récit, recherches intéressantes, questions pertinemment posées, voilà un bien instructif sujet, comme quoi une foi de plus il ne faut point se fier sans réserve à Marbot. En revanche Saint-Michel vous la méritez ! http://img399.images

Salut & Fraternité
Grenadier SCHNAPS
Grenadier SCHNAPS
BOULET D'OR
BOULET D'OR

Masculin
Nombre de messages : 1204
Age : 57
Date d'inscription : 23/02/2005

Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Invité le Lun 10 Jan 2011 - 22:10


houlaaaaaaaaaaaa!! elle est belle celle là. Merci Schnaps.
Faut arroser ça. Je serais là pour la réunion du 6 février. J'espère voir tout le monde.
Amicalement,
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

different entre deux régiments Empty Re: different entre deux régiments

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum